Choisir un vitrage anti effraction pour ses fenêtres PVC

effraction fenetreEntre l’isolation thermique, acoustique, le prix et le besoin de sécurité, il n’est pas toujours facile de faire un choix avisé pour le vitrage de ses fenêtres PVC, mais si la sécurité est votre priorité, il vous faudra de toute évidence un vitrage anti effraction. Voyons quels critères retenir pour faire le bon choix.

Qu’est-ce qu’un vitrage anti effraction ?

Il s’agit d’un type de vitrage très spécifique qui est composé de plusieurs couches de verre (plus ou moins épaisses selon la résistance recherchée) collées les unes aux autres avec des films PVC. Cet assemblage permet au vitrage de vos fenêtres PVC de résister à tout type d’impact et vous protège donc des effractions.

Les différents types de vitrage anti effraction

Les vitrages anti effractions sont classés par catégories selon des normes de résistance (norme EN 356) et selon deux niveaux : PA (niveau1) et PB (niveau2).

Les vitrages anti effraction P1 A, P2 A, P3 A, P4 A et P5 A

Les vitrages anti effraction classifiés P1 A sont les moins résistants, à savoir qu’ils sont composés de films ou feuilles PVC translucides comme pour tout type de vitrage anti effraction, mais ils ne résistent qu’aux jets de petits ou moyens objets.

Les vitrages anti effraction classifiés P2 A sont légèrement plus résistants que les P1A et ainsi de suite jusqu’à la classification P5 A.

Pour mieux comprendre ce qui distingue les catégories P1 A, P2 A, P3 A, P4 A et P5 A, sachez que c’est à travers des tests que chaque type de vitrage est classifié.

Pour le P1 A, une bille de 4,5 kilos est lâchée à trois reprises au même endroit sur la vitre (6.8mm), et ce, d’une hauteur de 1,5 mètre. Si la vitre n’est pas transpercée, cela veut dire qu’elle répond à la norme EN356 et qu’elle peut être classée P1 A. Ceci sous-entend qu’au-delà de trois lâché de bille et/ou à une hauteur plus importante que 1,5 mètre, la vitre est censée être transpercée.

Pour classifié une catégorie de vitrage anti effraction en P2 A, le même test est effectué, mais d’une hauteur de 6 mètres (épaisseur standard du vitrage P2 A = 8.8mm).

Idem pour la classe P3 A, mais depuis une hauteur de 9 mètres (épaisseur standard du vitrage P3 A = 9mm).

Pour la catégorie P4 A, on utilise également une bille de 4,5 kilos qu’on lâche à trois reprises d’une hauteur de 9 mètres (comme P3 A), mais le verre P4 A est plus épais (9,5mm). Il n’est donc pas beaucoup plus résistant que le P3 A, il est simplement plus sécurisant.

Au-delà de 3 lâchés de bille à 9 mètres, on passe dans la catégorie P5 A, et au-delà de 9 lâchés de bille à 9 mètres, on parle de vitrage anti effraction renforcé.

Mais nous n’avons parlé ici que du niveau 1 dans la classification de résistance du vitrage anti effraction. En effet, il existe un niveau deux (vitrage PB)

Les vitrages anti effraction P6 B, P7 B et P8 B

Comme pour les vitrages de niveau 1, ceux de niveau 2 (classification en PB), sont catégorisés selon leur résistance à un test bien particulier.

Ce test consiste à essayer de percer le vitrage à l’aide d’une masse et/ou d’une hache. Le nombre de coups nécessaire pour y arriver détermine la classification du vitrage.

Sachez donc qu’en optant pour un vitrage anti effraction P6 B, les éventuels voleurs devront donner pas moins de 30 coups de hache ou de masse pour pouvoir passer leur bras à travers le vitrage.

Avec du P7 B, il leur faudra donner plus de 51 coups de hache ou de masse.

Avec du P8 B, il leur faudra donner plus de 71 coups.

Autrement dit, avec du vitrage antieffraction classé en PB, vous ne risquez pas grand-chose.

baniere_horizontale_clique4